Skip to content

Accueil du site > Paroisses > Ensemble Paroissial Saint Jean-Paul II entre Loire et Mézenc. > Enfance et Jeunesse > Catéchisme. > Visite de Lalouvesc pour les enfants de St Jean Paul II

Visite de Lalouvesc pour les enfants de St Jean Paul II

mardi 24 octobre 2017, par Patricia Cortial

Samedi 21 octobre, c’est avec une grande joie et le soleil que les enfants du catéchisme sont parti sur les pas de St Jean François Régis à Lalouvesc.

Nous avons pu découvrir que St Régis est passé dans nos villages : Le Puy en Velay, fay sur Lignon,....

Jean-François Régis est né à Fontcouverte dans l’Aude le 31 janvier 1597. Il grandit dans le cadre d’une famille foncièrement chrétienne. Il est envoyé pour ses études au collège des jésuites de Béziers. Il entre au noviciat de la Compagnie de Jésus à Toulouse le 8 décembre 1616. Après ses premiers vœux en 1618, il poursuit la longue formation des Jésuites.  Il fait ses études théologiques à Toulouse où il est ordonné prêtre en mai 1631. En 1632, il est envoyé à Montpellier comme missionnaire. Il y prêche beaucoup et s’occupe des pauvres. En 1634, il est mis a la disposition de l’évêque de Viviers, Mgr de la Baume de Suze, pour l’aider dans la visite  de la partie sud de son diocèse. C’est dans les rudes montagnes des Boutières qu’il montre particulièrement ses qualités de missionnaire. Il attire les populations par sa grande bonté et sa parole simple. En 1636, il est nommé au Puy. A la belle saison, il travaille au Puy et pendant l’hiver il reprend ses missions  dans les montagnes, car il sait alors qu’il peut trouver les gens chez eux. En décembre 1640, le père Régis termine une mission à Montfaucon où sévit la peste. Il part en bénissant la ville et en annonçant la fin de l’épidémie. Il retourne secrètement au Puy où pendant trois jours, il fait  retraite : « J’ai interrompu mes missions pour me préparer à mourir ». Le 23 décembre 1640, il reprend la route par très mauvais temps. Il contracte une pleurésie. Au matin du 24 décembre, il se rend à la petite église de Lalouvesc et commence sa mission.  Durant trois jours, il travaille sans relâche. Le mercredi 26 décembre, après sa messe dite à deux heures  de l’après-midi, il ne peut regagner son confessionnal tant la foule est dense. Alors, il s’asseoit près de l’autel  et se remet à confesser. Soudain, dans la soirée il chancelle et s’affaisse. On le transporte à la Cure. Pendant cinq jours encore, il lutte contre la maladie. Le 31 décembre 1640, peu avant minuit, il dit au Frère Bideau qu’il « se trouvait au plus mal ».  Et tout de suite après « Ah ! mon Frère, je vois Notre Seigneur et Notre Dame qui m’ouvrent le Paradis ».  Puis il commença de dire la parole du Christ expirant « Seigneur, je remets mon âme entre tes mains ». Ayant fini, il finit aussi sa vie. Il était âgé de 43 ans et 11 mois.

Portfolio