Skip to content

Accueil du site > Vie de secteur > Vie consacrée > Le 1er décembre l’Eglise célèbre la mémoire du Bienheureux Charles de (...)

Le 1er décembre l’Eglise célèbre la mémoire du Bienheureux Charles de Foucauld.

lundi 1er décembre 2014, par David Romeas

Charles Eugène de Foucauld de Pontbriand, né le 15 septembre 1858 à Strasbourg et mort le 1er décembre 1916 dans le Sahara algérien, est un officier de l’armée française devenu explorateur et géographe, puis religieux chrétien catholique, ermite et linguiste. Il a été béatifié le 13 novembre 2005 par le pape Benoît XVI.

Orphelin à l’âge de six ans, Charles de Foucauld intègre Saint-Cyr, fait carrière dans l’armée en menant une vie dissolue. À vingt-trois ans, il décide de démissionner de l’armée afin d’explorer le Maroc en se faisant passer pour un juif. La qualité de ses travaux lui vaut la médaille d’or de la Société de géographie, et une grande renommée à la suite de la publication de son livre Reconnaissance au Maroc (1888). De retour en France et après diverses rencontres, il retrouve la Foi chrétienne et devient religieux chez les trappistes le 16 janvier 1890. Puis il part pour la Syrie, toujours chez les trappistes. Sa quête d’un idéal encore plus radical de pauvreté, d’abnégation et de pénitence le pousse à quitter la trappe afin de devenir ermite en 1901. Il vit alors en Palestine, écrivant ses méditations qui seront le cœur de sa spiritualité, comprenant la Prière d’abandon.

Ordonné prêtre à Viviers en 19011, il décide de s’installer dans le Sahara algérien, à Béni-Abbès. Il ambitionne de fonder une nouvelle congrégation, mais personne ne le rejoint. Il vit avec les Berbères adoptant une nouvelle approche apostolique, prêchant non pas par les sermons, mais par son exemple. Afin de mieux connaître les Touaregs, il étudie pendant plus de douze ans leur culture, publiant sous un pseudonyme le premier dictionnaire touareg-français. Les travaux de Charles de Foucauld sont une référence pour la connaissance de la culture touarègue.

 [1]

Le 1er décembre 1916, Charles de Foucauld est assassiné à la porte de son ermitage. Il est très vite considéré comme un saint et fait l’objet d’une véritable vénération, appuyée par le succès de la biographie de René Bazin (1921) qui devient un best-seller. De nouvelles congrégations religieuses, familles spirituelles et un renouveau de l’érémitisme [2] s’inspirent des écrits et de la vie de Charles de Foucauld. Son procès en béatification commence dès 1927. Interrompu durant la guerre d’Algérie, il reprend ultérieurement et Charles de Foucauld est déclaré vénérable le 24 avril 2001 par Jean-Paul II, puis bienheureux le 13 novembre 2005 par Benoît XVI.

La Prière d’Abandon telle que la disent les disciples de Frère Charles :

Mon Père, Je m’abandonne à toi, fais de moi ce qu’il te plaira.

Quoi que tu fasses de moi, je te remercie.

Je suis prêt à tout, j’accepte tout.

Pourvu que ta volonté se fasse en moi, en toutes tes créatures, je ne désire rien d’autre, mon Dieu.

Je remets mon âme entre tes mains.

Je te la donne, ô mon Dieu, avec tout l’amour de mon coeur, parce que je t’aime, et que ce m’est un besoin d’amour de me donner, de me remettre entre tes mains, sans mesure, avec une infinie confiance, car tu es mon Père..

Charles de Foucauld

Cette prière est la prière commune à tous ceux et celles qui se réclament de Charles de Foucauld, partout dans le monde ; c’est pourquoi elle a été traduite dans beaucoup de langues.

Charles ne l’a pas écrite telle quelle : elle a été tirée d’une méditation plus ample, écrite en 1896, dans laquelle il cherchait à rejoindre la prière de Jésus sur la croix.

En cliquant ci-dessous, vous pouvez découvrir une conférence de 15 minutes environ,du Père Michel Magdeleine, Chapelain à la Basilique du Sacré Choeur de Montmartre à Paris, le 1er décembre 2013 à propos de Charles de Foucauld, son parcours, sa conversion.

http://www.sacre-coeur-montmartre.c...

Le message de Charles de Foucauld pourrait être : “Revenons à l’Evangile”

A la suite des grands saints -comme François d’Assise- suscités par Dieu pour rappeler au peuple chrétien les exigences de l’Evangile, Charles de Foucauld redit l’essentiel : “Revenons à l’Evangile, si nous ne revenons pas à l’Evangile, Jésus ne vit pas en nous”.

Revenir à l’Evangile c’est laisser vivre en nous Jésus de Nazareth : une vie de pauvreté du coeur et de disponibilité à tous, à la dernière place, s’insérant dans ce qu’il y a de plus humain.

Charles de Foucauld s’est engagé inconditionnellement dans l’Evangile, habité qu’il était par l’amour passionné du Christ.

Notes

[1] Abri en pierres dans le Hoggar dans lequel le père Charles de Foucauld s’enferma pour prier et travailler au dictionnaire français-touarègue,

[2] mode de vie des ermites.